Aller au contenu

Remontée sur corde fixe

Quel grimpeur n’a pas eu à un moment ou à un autre besoin de remonter sur une corde fixe ? Pour aller décoincer un collègue sur un rappel, parce qu’il fait du solo auto assuré, pour équiper une voie ou tout simplement pour le fun. Les techniques existent et sont ici. Nous allons distinguer plusieurs cas.

  1. Le matériel auto bloquant nécessaire est disponible;
  2. On n’a que des cordelettes sous la main;
  3. On ne dispose pas d’auto-bloquant;
  4. On est pendu en bout de corde (sous un surplomb par exemple).
Premier cas :

C’est le plus complexe du point de vue mise en place, mais de loin le plus confortable. On aura besoin de deux autobloquants mécaniques (grigri, poignée, basic, Tibloc etc), d’une sangle et d’un paire de mousquetons à vis selon l’auto-bloquant utilisé. Pour l’explication qui suit nous allons utiliser un grigri et une poignée. C’est la configuration de luxe.

Matériel nécessaire : Grigri, Poignée, 3 mousquetons à vis, une sangle.

Placer le grigri sur la corde comme pour un assurage simple, le relier au baudrier par un mousqueton à vis. Placer la poignée sur la corde au dessus du grigri puis y relier une sangle, qui servira de pédale, au moyen d’un mousqueton à vis passé dans le trou du bas de la poignée. Dans le trou supérieur placer un autre mousqueton à vis qui va recevoir le brin sortant du grigri (brin libre) qui va servir de point de renvoi. On est prêt à partir.Passer un pied dans la sangle et pousser dessus pour s’élever. Pour cela on s’aide du brin libre redescendant du mousqueton du haut de la poignée. Se pendre sur le grigri qui est remonté automatiquement ce qui permet de remonter la poignée. Il ne reste plus qu’à recommencer l’opération autant de fois que nécessaire pour arriver en haut.

Deuxième cas :

C’est le cas le plus courant : On ne dispose que d’un seul autobloquant; une cordelette par exemple. On place l’autobloquant sur la corde et on le relie au baudrier par un mousqueton à vis. Enrouler ensuite le brin libre de la corde autour du pied que l’on aura monté le plus haut possible en se pendant sur l’autobloquant et en se penchant en arrière. Ramener le brin libre parallèle à la corde et tout en tenant les deux brins monter sur la pédale réalisée ci dessus. L’autobloquant est allégé; il est donc possible de le faire remonter au maximum sur la corde. Se pendre sur dessus et recommencer la manoeuvre autant de fois que nécessaire.

Troisième cas :

Ce cas peut arriver; on ne dispose d’aucun autobloquant. Il faut dans ce cas réaliser un noeud polonais ou un noeud valdôtain à l’aide de l’extrémité libre de la corde que l’on reliera au baudrier par un noeud en huit et un mousqueton à vis, puis on procède comme dans le cas N°2.

Quatrième cas :

On est pendu en bout de corde (sous un surplomb par exemple) sans pouvoir prendre aucun appuis sur le rocher ou le mur. C’est bien sur le cas extrême. Il faut absolument disposer d’une cordelette ou d’un autobloquant mécanique pouvant s’installer sur une corde en tension. Un grigri est absolument inutile dans ce cas là; un noeud polonais ou valdôtain est impossible à réaliser à moins que l’on ne dispose d’une réserve de corde (cas d’une chute en crevasse en cordée de deux par exemple). Il faut alors placer l’autobloquant sur la corde, le plus haut possible et y fixer un mousqueton à vis. Vient alors la partie la plus difficile car très physique: il faut monter sur la corde en posant un pied sur celle-ci au dessus du noeud d’encordement, puis tirer plus haut sur la corde et marcher sur celle-ci à la façon d’un funambule jusqu’à ce que l’on puisse fixer le mousqueton de l’autobloquant sur le baudrier. Ceci fait on n’est pas encore sorti de l’auberge car il faut encore remonter l’autobloquant pour disposer de suffisamment de corde libre. On défait son noeud d’encordement et l’on se retrouve dans le cas de figure N°2.

La manoeuvre ci-contre est un peu plus compliquée mais beaucoup moins physique.

1) pendu en bout de corde
2) Placer un auto-bloquant sur la corde A à 30 cm au dessus du point d’encordement, y placer le mousqueton B ouverture vers soi et vers le bas (C’est important). Y mettre une sangle C.
3-4-5) Placer le pied dans la sangle, se redresser et mousquetonner le baudier dans l’autobloquant.
6) défaire le noeud d’encordement après avoir vérifié la bonne tenue de l’autobloquant.
7) Avec l’extrémité de la corde ainsi libérée faire un noeud Polonais D. Y fixer la sangle pour réaliser une pédale.
8) Se redresser pour remonter l’auto-bloquant de ceinture. Etc….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *