Aller au contenu

Noeud en huit

Le noeud en huit est le premier nœud à être enseigné aux débutants. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est le plus utile de tous les noeuds, le plus sur pour l’encordement et le plus facile à vérifier. Trois raisons qui en font le nœud de base de l’escalade.

Noeud d’encordement

Sa confection est décrite ci-dessous dans le cas de son utilisation en nœud d’encordement. Il doit être réalisé près du baudrier pour ne pas gêner lors du mousquetonnage. Une fois réalisé le brin libre doit dépasser d’au moins la largeur d’une main (d’adulte). Si ce brin est trop long on peut confectionner un nœud de pécheur double pour éviter que le brin ne pende et vienne gêner encore une fois le mousquetonnage.

Réaliser une boucle

 

 

 

Repasser le brin libre dans la boucle.

 

 

 

Faire passer le brin libre sur le point à relier (baudrier, par exemple) et revenir passer dans la boucle.

 

 

 

Suivre à l’envers le trajet du brin sortant de la boucle

 

 

 

Un noeud correctement réalisé montre deux brins parallèles d’un bout à l’autre.

 

 

 

Il peut être réalisé avec une corde double. . Cette méthode est très utile pour se vacher au relais par exemple. On obtient une boucle mousquetonnable très utile dans beaucoup de situations.

Noeud de jonction

Dans l’exemple ci-dessous on voit la confection d’un noeud en huit utilisé pour relier deux cordes dans le cas d’un rappel par exemple; même si ce n’est pas le meilleur noeud à utiliser dans ce cas là car il a la facheuse tendance à se coincer quand on veut récupérer la corde.

 

 

 

 

 

 

 

 

Noeud de bloquage

Il peut être réalisé avec une corde double. Voir l’illustration ci-contre. Cette méthode est très utile pour se vacher au relais par exemple. On obtient une boucle mousquetonnable très utile dans beaucoup de situations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *