Aller au contenu

Le rappel

Le rappel est une des manoeuvres essentielles de l’escalade. Si le but de tout grimpeur est d’atteindre le haut de la voie, il faut bien qu’il redescende tôt ou tard. Les sentiers de descente ne sont pas toujours présent. Pas de panique, le rappel existe heureusement.

Le milieu de la corde est passé dans le relais et l’on descend avec un descendeur en huit ou tout autre système adéquat sur les deux brins de la corde. Un autoassurage est réalisé grace à un système autobloquant (Machard, Shunt etc…). Le grimpeur controle seul sa descente et une fois arrivé en bas de la voie ou au relais il récupère la corde. On dit qu’il rappèle la corde. Vous voyez le rapport ?

La descente en rappel paraît facile pourtant la plupart des accidents se produisent à se moment là. Il faut donc faire très attention à ne pas oublier les noeuds d’auto-assurance comme le français ou du moins un contre assurage du bas. Celui ci n’est efficace que sur des rappels relativement courts et si la chute est enrayée très tôt déclenchée. Dès que le grimpeur chutant a pris un peu de vitesse il est très difficile d’enrayer la chute.

Lors de l’installation du rappel, il faut faire très attention à ne pas perdre son descendeur (voir manoeuvre de huit imperdable). De plus, il faut faire attention à ne pas oublier le noeud au bout du rappel et le côté à rappeler si c’est un rappel rabouté. Un mousqueton libre sur le brin à rappeler est très utile pour le repérer une fois arrivé au relais.

Descendeurs utilisables : 

(Cette liste n’est pas exhaustive)

* = manoeuvre exeptionnelle sur un seul brin

Autobloquants utilisables :
Rappeller la corde.

Corde coincée !
Il peut arriver en rappelant sa corde que cette dernière se coince :

  • Dans une fissure,
  • Dans un arbre, sur des racines,
  • Sur un béquet ou une écaille rocheuse,
  • Derrière des cailloux posés sur une vire
  • Ou simplement, dans le maillon rapide, par toronnage de la corde … Dans ce cas, pas de panique !

Avant même de tirer sans comprendre, il est préférable de connaître où et comment la corde s’est coincée. Un bon repérage de la longueur lors de la descente doit permettre cette compréhension.
Ensuite, il est souvent judicieux de commencer par donner de grandes ondulations à la corde de manière à la décoincer.
Si cela ne suffit pas, il faut alors tirer.
Dans ces deux étapes, il faut faire très attention aux pierres que pourrait décrocher la corde.
Si elle ne vient pas du tout, il est alors nécessaire de gravir la longueur à nouveau pour aller la décoincer.
Ne jamais remonter sur la corde coincée, sous peine qu’elle ne se décoince à tout moment ! Et là ………

Attention

  • Pour un rappel réalisé à l’aide de 2 brins de 50 mètres, repérer quel brin il faut rappeler avant de quitter le relais.
  • En arrivant au relais, ne pas lâcher la corde, notamment après un rappel déversant (fil d’araignée) ou après une traversée. En effet, s’il y avait un noeud sur la corde à rappeler, vous ne pourriez pas l’enlever, la corde étant alors trop loin du relais. Si les deux brins sont lâchés, vous ne pourriez tout simplement descendre.
  • Défaire les noeuds en bout de corde.
  • Avant de rappeler la corde, passer le bout du brin à tirer dans l’anneau de rappel suivant.
  • Rappeler la corde doucement et sans à coups pour éviter qu’elle ne se coince.
  • Lover le brin au fur et à mesure qu’il est tiré.

Si la corde est coincée, la secouer vivement. Si elle reste coincée, la tirer. Si elle ne vient pas, ne pas forcer pour ne pas l’endommager (coupure de la gaine) ou la coincer définitivement. Il va falloir remonter la longueur en solo auto-assuré en tête sur le brin disponible.

Quel rappel acheter

La grande question, lorsque l’on achète une corde de rappel est de savoir si on la prend en un seul brin ou en deux brins séparés. Soit 1x100m ou 2x50m par exemple. Ma préférence va nettement à la solution 2x50m. voici pourquoi.

Avantages d’avoir deux brins séparés :

  • Portage partagé : Lors d’une marche d’approche on peut faire porter un brin par chaque équipier. Si on place la corde dans le sac un brin prend moins de place que deux.
  • Possibilité de grimper en flèche en réversible : C’est à mes yeux l’avantage le plus important. Ce n’est possible qu’avec deux cordes indépendantes (à simple ou à double). Pour plus de détails voir la page Grimper en flèche.
  • Noeuds d’encordement classiques : Le leader s’encorde par deux noeuds en huit classiques (ou noeuds de chaise) au lieu d’être obligé de faire un double noeud de huit ou Noeud de chaise avec les deux brins en milieu de corde, ce qui donne un noeud plus volumineux que deux noeuds classiques.
  • Lovage simplifié : Il est plus facile de lover les cordes par une méthode courrante une corde de 50 m au lieu de lover soit 100 m d’un seul tenant en séparant les deux brins.
  • Possibilité d’utilisation d’un seul brin : La voie terminée vous redescendez du sommet par un chemin escarpé, vos (ou votre) cordes lovées. Vous avez besoin de faire un rappel court. Rien de plus simple avec deux brins. Il suffit de n’utiliser qu’un seul des deux brins. Avec une corde 1×100 il vous faudra délover et relover toute la corde. Donc gain de temps substentiel.

Inconvénients :

  • Noeud de liaison : On réalise un noeud simple pour relier les deux brins (les noeuds asymétriques ayant moins de risques de se coincer que les noeuds symétriques comme le pécheur double). Ce noeud présente deux inconvénients. Il y a un risque de coincement (en fait extrèmement faible, un sondage sur les coincements de rappels a montré que moins de 5% des rappels coincés l’ont été  cause du noeud de liaison, rapportée au nombre total de rappels effectués on tombe  à 0,05 %) négligeable mais qui existe. Autre inconvénient du noeud de liaison, quand on rappelle la corde on ne peut pas tirer indifféremment sur n’importe quel brin. Il faut obligatoirement tirer sur le brin qui porte le noeud, donc avoir pensé à placer le brin portant le noeud contre le rocher et non l’inverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *