Aller au contenu

Le huit imperdable

Rien de plus ennuyeux lorsqu’on est au relais de se retrouver sans descendeur en huit parce qu’on l’a laissé tombé. Non seulement on passe pour un blaireau, mais encore, même si on connaît le noeud de demi cabestan, on va être bon pour en racheter un nouveau. En effet il est très fortement recommandé de le réformer car sa solidité a été altérée par de possibles microfissures.
Heureusement une manoeuvre simple existe pour éviter ces inconvénients. C’est le Huit (ou le tube) imperdable. Le descendeur en huit et son mousqueton de sécurité sont portés sur le porte matériel du baudrier. Le descendeur en huit est relié au mousqueton par son gros trou. Sans l’enlever du porte matériel on passe la corde (ou les cordes dans le cas d’un rappel) dans le gros trou du huit (figure 1). Puis on le fait passer autour du petit trou (figure 2). On retourne alors le descendeur en huit pour le relier au mousqueton par le petit trou. Enfin on déplace l’ensemble vers le pontet du baudrier.
En procédant de la sorte à aucun moment l’on encourt le risque de le laisser tomber. Cool non ?

Cette manoeuvre peut également être effectuée avec un tube. Le tube étant pendu par son mousqueton au porte matériel mettre la corde en place et la passer dans le mousqueton toujours fixé au porte matériel. Il ne reste plus qu’à enlever le tout du porte matériel et à fixer le mousqueton au pontet. La manoeuvre inverse servira à le remettre sur le porte matériel.
En procédant ainsi, à aucun moment on n’a de risque de perte du tube. C’est la manoeuvre de « tube imperdable ».

Une réflexion au sujet de « Le huit imperdable »

  1. Benoit dit :

    Il faut lire les photos dans l’ordre 2, 3, 1, 4 pour comprendre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *