Aller au contenu

Lexique

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


 

ABO : Voie abomin able, extrêmement dure. C’est une cotation  globale d’une grande voie. Ce terme est plus utilisé en montagne qu’en escalade sportive.

ADHÉRENCE : Quand le chausson accroche la paroi malgré l’ absence de prise on dit qu’ il y a, ou que l’ on fait une adhérence.

ALONGE : C’ est la capacité à attraper des prises éloignées.

APLAT : Un aplat est une large prise plus ou moins horizontale que l’ on saisit main ouverte. Plus il y a de surface de peau en contact avec la prise et plus la prise tient. C’est le style de prise le plus courrant à Fontainebleau par exemple.

APRÈS TRAVAIL : Enchaînement d’ une voie que l’ on a préalablement essayé plusieurs fois afin d’en comprendre les mouvements, de les mémoriser pour pouvoir les enchainer.

ARQUER : Réaliser un crochet avec les deux premières phalanges pour tenir les prises étroites (réglettes).

ARTIF : Diminutif d’ artificielle. Type d’ Escalade utilisant d’ autres moyens que les moyens naturels (le rocher) pour sa progression. On va utiliser tout un attirail (pitons, marteau, sangles, étriers, coinceurs etc..).

ASSURER : Action de retenir le grimpeur avec sa corde pour enrayer une éventuelle chute.

ATHLÉTIQUE : Terme employé pour qualifier une voie qui nécessite beaucoup de force dans les bras. Il s’agit essentiellement de voies plus ou moins déversantes.

ATTACHE : Corde de 40 à 70 mètres de long et environ 9.6 à 10.5 mm de diamètre, sur laquelle on grimpe en simple. Terme peu employé en escalade, plutot réservé à l’alpinisme.

 

AUTO-ASSURAGE : S’ assurer soi-même (par exemple, pendant un rappel avec un autobloquant). On peut également pratiquer du solo auto assuré lorsque l’on grimpe seul (en top rope ou en tête).

AVALER : Reprendre de la corde, la retendre lors de l’assurage d’un grimpeur.

A VUE (grimper): Sans connaître la voie. On la découvre au fur et à mesure que l’on grimpe. Si on a déjà vu quelqu’un faire cette voie on parle alors de réalisation Flash.

 

BAQUET : Grosse prise que toute la main peut tenir facilement (plus souvent appelé un « bac »ou « Bacasse »).

BAUDRIER : Harnais de sangle rendant la chute confortable.

BI-DOIGT : Prise de main dans laquelle on ne peut mettre que deux doigts.

BISCUITER : Tricher par rapport aux règles tacites de l’escalade (exemple : le grimpeur biscuite en partant avec la corde pré-mousquetonnée sur le deuxième ou le troisième point) prendre une prise qui n’est pas dans la voie.

BLOC : Mouvements courts et intenses réalisés à quelques mètres du sol et sans système d’assurage.

BLOCAGE : Mouvement statique consistant à bloquer une main sur une prise bras fléchi, le temps que l’autre main aille chercher une autre prise. Demande de la force.

BOMBÉ : Profil de du rocher ressemblant à un ventre sur plusieurs mètres.

BOURINER : Faire le bourrin : forcer plus que nécessaire, faire le boeuf, être une mule.

BOUSE : Terme familièrement utilisé par les grimpeurs pour désigner une voie sans aucun intérêt.

BROUTER : Se blesser, s’irriter les doigts sur un relief trop agressif.

BUT : Rater une voie. Se faire mettre un but, c’est grimper avec plus fort que soi (alors que l’on voulait montrer l’inverse…)

BUTER : Echouer. On dit aussi « prendre un but ».

 

CABESTAN : Noeud d’auto-assurage très utile en falaise. Voir ici.

CACHOU : Très petite prise de pied.

CAISSE : (Avoir la caisse), c’est être en bonne forme physique, avoir de l’endurance.

CALCAIRE : Catégorie de rocher caractérisée par une grande variété de formes et un aspect granuleux plutôt adhérent (Verdon, Calanques, etc…).

CARE (Externe ou Interne) : Prendre une prise par le côté (extérieur ou intérieur) du pied.

CHARGER (charger une prise) : Faire porter son poids sur une prise.

CHAUSSON : Chaussure d’escalade caractérisée par la grande adhérence de sa semelle.

CIRCUIT : Enchaînement de mouvements sur un pan ou sur mur. See dit aussi d’une succession de blocs numérotés et marqués d’une couleur ex: le circuit orange au bas Cuvier à Fontainebleau.

CLOUS : Pitons, lames métalliques de différentes sortes munies d’un oeil pour le passage du mousqueton.

COINCEMENT : Technique consistant à faire jouer un rôle de coinceur à une partie du corps (pied, main…)

COINCEUR : Pièces métalliques de formes variées, munies d’un câble ou d’une cordelette et destinées à être coincées dans une fissure pour faire office de point d’assurage.

COLONNETTE : Prise en forme de colonne verticale, soudée à la paroie, que l’on saisit par pincement.

CONTI : Diminutif de continuité. Capacité à produire des efforts longs et soutenus sans positions de repos.

CORDÉE : Equipe de 2 ou 3 individus reliés par une même corde.

COTATION : Echelle de difficulté. De nombreux systèmes existent selon les pays. En france les cotations vont du 3 au 9 avec des subdivisions indiquées par des lettres (a,b et c) parfois suivies d’un + ou d’un – . Voir détail ici.

COUENNE : Voie d’une seule longueur, dans des niveaux généralement difficiles….. C’est l’opposé des « grandes voies ».

COUPLAGE : Jumelage de deux points d’ancrage; il se fait à l’aide de la corde ou avec des sangles.

CROCHETAGE : Mouvement consistant à se servir du talon ou de la pointe du pied comme d’un crochet pour rétablir ou maintenir un équilibre.

CROCHET À GOUTTE D’EAU : Petite lame métallique recourbée munie d’une sangle ou d’une cordelette destinée à être posée sur une aspérité rocheuse pour faciliter la progression. Utilisé en escalade artificielle.

CROISÉ : Mouvement de traversée consistant à aller chercher une prise latérale en croisant les bras.

CROIX : Faire une croix, c’est réussir une voie.

CRUX : Passage le plus difficile d’une voie.

CUISSARD : Baudrier n’enserrant que les cuisses et la taille. De très loin le type de baudrier le plus utilisé en escalade.

 

DALLE : Plan rocheux homogène plus ou moins incliné. Elle est caractérisée par la présence de prises de très petite taille plus ou moins nombreuses.

DAUBÉ : Etre vidé de son énergie, ne plus avoir de force.

DÉBOUTONNER : Se dit lorsque un ou plusieurs points d’assurage ont été arrachés lors d’une chute.

DÉGAINE : Deux mousquetons reliés par une courte sangle.

DÉLAYER : Se reposer les bras au cours de l’ascension.

DEMI-CAB : Noeud d’assurage très utile en falaise, utilisé en secours pour assurer un second ou descendre en rappel. Voir ici.

DERVICHE : Croisé de grande amplitude (le grimpeur se retrouve parfois dos à la paroi).

DESCENDEUR : Accessoire métallique (huit par exemple) conçu pour la descente en rappel.

DÉVERS : Paroi au delà de la verticale.

DIÈDRE : Formé par l’intersection de 2 pans de mur ou de rocher (comme un livre ouvert). Son ascension demande l’empoi de techniques particulières basées sur des oppositions.

DOIGT (à) : Se dit d’une voie qui sollicite beaucoup les doigts.

DRAPEAU : Mouvement esthétique alliant prise de pied en carre externe et balancier effectué par l’autre jambe.

DÜLFER : Technique d’opposition des pieds et des mains, souvent utilisé pour grimper en fissure. Elle a été inventé par un certain Hans Dülfer.

DYNAMIQUE : L’assurage est dynamique lorsque qu’ il y a amortissement de la force de choc en laissant glisser une certaine longueur de corde au lieu de bloquer celle-ci brusquement.
On parle également de grimpe ou de mouvement dynamique lorsqu’un certain élan est nécessaire pour accomplir un mouvement particulier.

 

ÉCAILLE : Lame de rocher se détachant de la paroi.

ÉCOLE (d’ escalade) : Site équipé pour la pratique de l’ escalade. Présente des voies de tous les niveaux (surtout des voies faciles).

ENCHAÎNEMENT : Réalisation d’ une voie en tête sans points d’ aide ni repos.

ENGAGÉ (un passage) : Où la chute peut être longue à cause de l’ espacement des points ou de l’ absence d’ équipement.

EN TÊTE (grimper) : Grimper en première position (premier de cordée), c’ est celui qui installe la voie, sa corde est vers le bas et c’ est lui qui met les dégaines.

ÉQUIPER : Aménager un terrain vierge, placer les points d’ ancrage, relais, anneaux de rappel… Equiper c’ est aussi placer une dégaine dans une broche lorsqu’ on grimpe en tête.

ÉQUIPEMENT : Ensemble des points d’assurage déjà mis en place.

ÉTHIQUE : C’ est un ensemble de règles tacites qui concernent la pratique ou le respect de l’environnement

EXPOSÉ (un passage) : Où la chute est dangereuse.

 

FACTEUR DE CHUTE : Rapport entre la hauteur de la chute et la longueur de corde disponible pour amortir le choc

FISSURE : Faille dans la paroi, plus ou moins profonde et large (de très belle dans le massif du Mont Blanc ou au Yosemite).

FLASH : Enchaîner une voie à la première tentative après avoir reconnu le parcours en rappel et/ou avoir observé un autre grimpeur dans la voie

FLÊCHE (grimper en) : Technique qui permet de parcourir une voie de plusieurs longueurs à trois; un leader et deux seconds. La super flèche permet de grimper à 4 ensemble.

FORCE : Qualité que demande un effort court et intense

FRIEND : Coinceur mécanique à trois ou quatre cames.

 

GAINER : Mobiliser un maximum de muscles pour que les pieds ne glissent pas ou pour contrôler leurs mouvements (Essentiellement les abdominaux).

GAZ : Le vide, ou le sentiment de vide (« ambiance gazeuse »).

GOUTTE D’EAU : Prise ronde et creuse, généralement de petite taille, formée par l’ érosion des parois calcaires (également appelé trou).

GRATTON : Très petite prise de pied en général (« ça grattonne dur »).

GRÉS : Rocher granuleux parfois friable (Fontainebleau).

 

INVERSÉE : Prise horizontale dirigée vers le bas qui invite à réaliser des mouvements d’opposition entre les mains et les pieds.

ISOLEMENT : Salle d’ échauffement dans laquelle sont isolés les compétiteurs avant une épreuve de façon qu ‘ils n’ aient aucune information sur la voie.

 

JAUNIR (un point) : Franchir un passage en n’ utilisant le point d’assurage que pour s’assurer, pas pour progresser.

JETÉ : Mouvement dynamique consistant à s’ élever rapidement sur les jambes, faisant décoller les pieds, pour aller chercher une prise de main hors de portée. Bref, c’est sauter pour attraper une prise lointaine.

 

LECTURE : Etape clé de l’ escalade.à vue, la lecture est le repérage et la mémorisation des mouvements depuis le bas de la voie

LIBRE (grimper en): Même sens que « jaunir » : on s’ assure mais on n’ utilise aucun moyen artificiel pour grimper.

LOLOTTE : Mouvement élaboré utilisé pour se plaquer contre le rocher dans les dévers importants (les genoux sont fortement sollicités). Le pied est remonté assez haut derrière le corps qu’il pousse vers le haut.

LONGE : Sangle ou morceau de corde de 50 à 60 cm fixée au pontet du baudrier et portant un mousqueton à son extrémité libre permettant de se vacher.

LONGUEUR (une) : Distance séparant deux relais (inférieur ou égale à la longueur de corde utilisée).

LOVER (une corde) : Plier la corde.

LUNULE : Bracelet de rocher que l’ on rencontre sur les parois calcaires; entouré d’ un anneau de corde ou d’ une sangle, elle peut s’utiliser comme point d’assurage.

 

MAGNÉSIE : Poudre utilisée pour absorber la sueur des mains

MASTER : Compétition où seuls les meilleurs grimpeurs du moment sont conviés

MONO-DOIGT : Prise ne laissant place qu ‘à un doigt (en général le majeur). Bi-doigt, prise pour deux doigts. On parle aussi de tridoigts. Devinez combien on peut en mettre ????

MORPHO : Section ou voie adaptée à un type particulier de gabarit (un passage morpho est souvent plus dur pour les grimpeurs de petite taille du fait de l’ éloignement des prises).

MOU (du) : Donner de la corde, la détendre. Par exemple, on donne du mou au premier de cordée pendant qu’ il grimpe (l’ inverse est « du sec »).

MOULINETTE  (grimper en) : Descendre du sommet d’ une voie un grimpeur au bout de sa corde pour qu’ il puisse remonter en étant assuré depuis le haut. On confond souvent ce terme avec « assurage poulie ».

MUR : Grimper sur mur, c’ est grimper sur une surface artificielle. On dit auusi  » SAE », comprenez  » Structure Artificielle d’Escalade ».

MUTANT : Grimpeur très fort.

 

OPEN : Compétition où il est possible de tenter sa chance même si l’ on n’ est pas invité

OPPOSITION : Tenir en équilibre en opposant des forces contraires. C’est une des techniques requises pour grimper un dièdre.

OUVRIR (une voie) : Faire exister un cheminement sur un rocher là ou il n’ y en avait pas. Ouvrir du bas, c’ est partir de la base de la paroi pour aller vers son sommet; ouvrir du haut consiste à descendre en rappel dans une paroi pour y placer des points d’assurage avant d’en faire l’ ascension. Sur une structure artificielle d’escalade, c’est fixer des prises pour créer une nouvelle voie. L’ouvreur est la personne qui crée une voie (en compétition par exemple).

 

PAN : Surface artificielle que l’ on peut installer chez soi ; le pan est très utile pour l’entraînement.

PAS : Passage d’ un niveau de difficulté supérieur au niveau général de la voie. On parle d’une voie en 6a avec un pas de 6b par exemple.

PATINÉE : Usé par une fréquentation trop importante (signe caractéristique : les prises brillent et deviennent glissantes). Se trouve souvent sur du calcaire.

PENDULE : Manoeuvre consistant à se balancer latéralement sur la corde pour rejoindre le point convoité.

PIED-MAIN : Figure consistant à monter le pied sur une prise sur laquelle se trouve déjà la main.

PINCE (Ou pincette) : Saisir une prise tenue par pincement entre le pouce et les autres doigts. Se dit d’ une prise que ne peut être saisie que de cette façon.

PITON : Voir « clou ».

POF : Mélange de magnésie et de résine de pin servant à assécher les mains et à en améliorer l’ adhérence.

PONTET : Petit anneau de sangle situé à l’ avant du baudrier.

POINT : Spit, piton, coinceur, lunule… tout ce qui se fixe (ou est déjà en place) dans la paroi et sert à l’ assurage.

POUTRE : Outil d’ entraînement permettant un travail en suspention uniquement.

PREMIER (de cordée) : Celui qui grimpe en premier, en tête.

PREMIÈRE : Réaliser une première, c’ est être le premier à sortir une voie.

PROJET : Voie en cours de réalisation.

 

RANDONER : Se balader, passer une voie facilement.

RAPPEL (un) : Corde de 80 à 90 m de long et de 8.5 à 9 mm de diamètre sur laquelle on grimpe en double. Nom de la manoeuvre consistant à descendre le long d’ une corde (faire un rappel, descendre en rappel ).

RÉGLETTE : Petite prise horizontale sur laquelle l’on ne peut poser que le bout des doigts.

RELAIS : Endroit ou s’ arrête le premier pour faire monter le second; les deux grimpeurs se retrouvent ensemble au relais à la fin d’ une longueur. Désigne également l’ensemble des deux points reliés ou non par une chaine.

RENVOI (point de) : Le point qui, lorsqu’ on y passe la corde, transforme une force vers le bas en force vers le haut (comme une poulie).

RÉSISTANCE : Effort intense qu’ il faut soutenir sur une vingtaine de mouvements. Capacité à enchainer un certain nombre de mouvements entrecoupés de repos.

RÉTA : Rétablissement; passage d’ une suspension à un appui. Mouvement utilisé à la sortie d’ un toit (ou de tout autre obstacle déversant)

RÉVERSIBLE (grimper en) : A chaque nouvelle longueur le second de la longueur précédente passe leader et vice-versa.

RING : Point en forme de U dont les deux extrémités sont scellées dans la paroi.

 

S.A.E. : Structure Artificielle d’ Escalade.

SEC : Tendre la corde (inverse de « mou »). On dit sec pour se faire assurer corde tendue.

SECOND : Celui qui ne grimpe pas en tête. Il est par définition en dessous du leader qu’il rejoint au relais.

SECTEUR : Ensemble de voies (un site d’ Escalade comporte en général plusieurs secteurs).

SECTION : Partie d’ une voie

SITE : Falaise ou ensemble de falaises potentiellement intéressantes pour la pratique de l’escalade.

SOLO : Grimper seul en s’ auto-assurant. Souvent confondu avec solo intégral (sans s’assurer.).

SPIT : Piton à expansion. Voir Les Ancrages

STATIQUE (une) : Corde sans élasticité utilisée comme corde fixe.

SURPLOMB : Court passage nettement au delà de la verticale.

 

TAQUET (être au) : Passer de justesse, être dans la limite supérieure de ses possibilités.

TÊTE (en) : Grimper en premier dans une voie, placer les dégaines et évoluer au-dessus des points de protection.

TOIT : Surplomb horizontal, comme un plafond.

TOPO : Guide rassemblant les informations nécessaires pour grimper dans un site. Description des voies des accès, des niveaux de difficulté etc….

TYROLIENNE (faire une) : C’ est tendre une ou plusieurs cordes entre deux parois pour passer de l’ une à l’ autre.

 

VACHE : Voir longe

VACHER (se) : Se relier à la paroi par l’intermédiaire d’une longe également appelée « vache ».

VÉROU : Coincement de doigt, de poing, de pied dans une fissure.

VIA CORDATA : Itinéraire rocheux équipé de cordes permettant un accès facile à la falaise

VIA FERRATA : Itinéraire rocheux équipé d’ échelles et de câbles metalliques permettant un accès facile à la falaise.

VIRE : Terrasse naturelle plus ou mois étroite en pleine paroi.

VOIE : Itinéraire reconnu.

VOLER : Chuter. On dit aussi « prendre un plomb ».

VUE (à) : Ascension d’ un voie en tête au premier essai, sans avoir été conseillé

 

YANIRO : Mouvement spectaculaire consistant à passer la jambe au-dessus du bras opposé portant le nom de son inventeur :Tony Yaniro.

 

ZIPPER : Avoir le pied qui dérape, ou une main qui glisse sur une prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *